[Test] A Gummy’s Life

Aujourd’hui, je teste pour vous Gummy’s Life. Un petit jeu déjanté où le concept principal n’est autre qu’une bonne Battle Royale des familles avec une maniabilité que l’on qualifiera de spéciale.


Tuer, il n’y a que ca de vrai


Passons déjà rapidement sur l’aspect technique du jeu :

  • Graphiquement le jeu est plutôt beau : les textures et personnages sont lissés mais les décors sont assez vides. On demande pas du Breath of the Wild mais là c’est le strict minimum qui nous est fourni, on devra s’en contenter.
  • Côté musique, rien de fou. On n’y prête pas plus attention en pleine partie que celle d’un ascenseur. Dommage qu’il n’y en ait pas de vraiment entraînante.
Best translation ever

Enfin coté histoire, c’est simple, elle est inexistante.

On est pas là pour lire un roman ou passer des heures à regarder des cinématiques sans pouvoir jouer (coucou KH) , ce qu’on veut c’est trucider en bonne et due forme donner tout l’amour qu’ils méritent à nos potes.
Parfait, les devs pourront se concentrer sur ce qui est important me direz-vous. Le gameplay, les graphismes, les modes de jeu, etc.

On y reviendra.

Note de réalisation :



Faire des pieds et des mains

Parlons déjà du cœur du jeu : le gameplay.

Une fois son personnage sélectionné, c’est parti pour la Battle Royale où, je vous le rappelle, on doit essayer de survivre le plus longtemps, et si possible être le dernier debout.
On utilise un stick pour bouger, les gâchettes pour utiliser les bras (R/ZR/SR pour le droit, L/ZL/SL pour le gauche) et ensuite le reste des boutons servent à sauter et donner des coups de tête ou des coups de pied.
Une fois dans l’arène, on caresse délicatement ses amis avec ces gestes d’amour jusqu’à ce qu’ils perdent connaissance. Ensuite on les porte et on les jete là où il faut (le vide, sur une scie circulaire, dans un pressoir, etc.) pour être le dernier survivant.

C’est un coup de main à prendre mais qui se prend plus facilement qu’un autre jeu très semblable : Gang Beasts (trouvable sur Steam). A noter que, comme ce dernier, on peut jouer à 8 sur une seule console et ça c’est plutôt cool pour les DSiP car comme souvent, plus on est nombreux, plus on prend cher mais plus on kiffe !

Point anecdotique mais les joueurs de Smash Bros. me comprendront : la navigation dans les menus n’est pas optimale.
Ici tout est au même endroit et ce n’est pas aisé de lancer une partie, sachant que l’écran tactile n’est pas exploité en mode portable.
Vous me direz que le jeu est pensé pour se jouer en multi donc plutôt sur écran télé et vous aurez raison, du coup passons…

Une scie circulaire tourne autour du stage. Gare à votre gummy

Note de gameplay :


What a wonderful world

Ce qui est sympa dans ce genre de jeu, c’est de retrouver plein de maps différentes. Le jeu en propose une quinzaine assez variées, dont une qui est un frogger-like et ça c’est cool car on aime le clin d’œil.

Il y a aussi pas mal de persos différents : un requin, un pedobear tout mignon, une pastèque, une banane, un tampon (bon ok un truc blanc cylindrique, chacun imagine ce qu’il veut) et j’en passe. Assez pour rigoler un coup devant l’écran de sélection et pour que chacun y trouve son compte.

D’ailleurs, point très important : le jeu est jouable en local ou online ! C’est un plus non négligeable. Mais encore faudrait-il des joueurs en ligne…

Pour finir sur les modes de jeu, il y en a 4 : roi de la colline, patate chaude, combat à mort par équipe et free for all gratuit pour tous (oui, les traductions sont parfaites).
Concernant le roi de la colline on soulignera que ce n’est juste qu’une course pour attraper les points. il n’y a pas de notion de défense de territoire.

Frogger ! Il y a meme les mouches bonus.

Note de contenu :


VERDICT

Un Gang Beasts en moins bien. Mais n’ayant pas de concurrent sur Switch, on peut apprécier l’effort d’avoir porté ce jeu jouable à 8 sur notre console préférée.

NOTE GLOBALE :

Bon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *