Zelda Majora’s Mask

Majora03

Plus confidentiel que son aîné, Ocarina of Time, Majora’s Mask n’en demeure pas moins un Zelda que l’on ne peut oublier. Critiqué par certains lors de sa sortie, jugé parfois assez peu accessible et doté d’un univers particulier, ce jeu possède pourtant une aura extraordinaire. À la fois révolutionnaire et maladroit, il revisitait l’univers Zelda et proposait une approche du jeu d’aventure/rpg inédite pour l’époque. Quinze ans plus tard, est-il toujours capable de faire vibrer les fans de la série ? Arrivera-t-il à séduire un public plus large qu’à l’époque ?

Une atmosphère unique

Certains l’aiment, d’autre le détestent : une chose est sûr, Zelda Majora’s Mask ne laisse pas indifférent. Reprenant totalement les graphismes d’Ocarina of Time, il récupère également une grande partie de ses personnages, pour les remettre dans des rôles parfois diamétralement opposés. Séparé d’Épona, son cheval, dépouillé de son ocarina magique et transformé en peste Mojo après avoir subi une étrange chute lors d’une promenade en forêt, Link n’est pas sans rappeler Alice et son pays des Merveilles. D’ailleurs, l’impression de voyager en plein rêve est renforcée par bons nombres d’éléments que le joueur découvrira au cours de son aventure. On vous invite d’ailleurs fortement à écouter un des derniers podcasts de nos amis de Nintendojo qui parle notamment d’une incroyable théorie sur cet opus : les 5 phases du deuil, bien résumé dans cet article (attention aux spoilers !).
Et puis, sans aller aussi loin dans la réflexion, le simple fait de vivre de façon répéter les trois mêmes jours, d’apprendre à connaître par cœur la vie des habitants de Bourg-Clocher, de courir après cet incroyable Skullkid et de voir cette lune ultra flippante se rapprocher de nous, contribue à nous plonger dans une ambiance de foufifou. Les amateurs de l’excellent film « Un jour sans fin » trouveront d’ailleurs pas mal de similitudes entre le jeu et le long-métrage.

Majora’s Mask, c’est aussi la possibilité d’incarner un Link en Peste Mojo, Goron ou encore Zora. Et même…

Claque Graphique

Le premier constat s’impose rapidement : la refonte graphique de Zelda Majora’s Mask est impressionnante, plus encore que celle d’Ocarina of Time. Outre la disparition de l’aspect anguleux de la version N64, le jeu fourmille de détail, surtout au niveau des décors. On prend ainsi un malin plaisir à observer les affiches et autres peintures sur les murs et chaque détail et recoin de la ville principale. Mais trêve de bavardage, une vidéo comparative s’impose !

Prise en main facilitée

Mais l’adaptation de Majora’s Mask va plus loin encore que son aînée, Ocarina of Time, et ne se contente pas de proposer une refonte graphique du jeu. Ainsi, il est désormais possible de sauvegarder en pleine partie sans avoir à reprendre le fameux cycle des trois jours.  Le journal des Bombers, bien plus pratique qu’avant, permet d’avoir une vue précise des activités de chaque personnage durant les fameux trois jours, et de mieux intervenir au moment opportun. On notera également l’interface du menu, très pratique grâce à l’écran tactile, ou encore les nombreuses pierres Sheikah qui dévoileront de nombreux indices à l’aventurier égaré…

Bourg-Clocher, véritable centre du monde. À la fois rassurant, reposant et inquiétant…

Verdict ?

En gommant les défauts de la première version du jeu (graphismes vieillissants, ralentissement, gameplay un peu ardu et stressant avec un principe de sauvegarde contraignant, etc.) Nintendo prend tout de même le risque de nous servir un Zelda qui n’avait pas fait l’unanimité à l’époque. Plus étrange et moins accessible qu’Ocarina of Time, véritable premier de la classe avec sa petite raie sur le côté et ses lunettes, Majora’s Mask s’apparente presque à une expérience intimiste, à la limite du jeu arti. Avec son monde étrange, son univers baignant dans l’absence de très, très grandes figures de l’univers des Zelda (je ne spoile pas, mais suivez mon regard), ce jeu a pourtant un cachet unique que l’équipe de la DS in Paris ne peut que vous conseiller chaudement. Prenez votre casque, plongez dans votre 3DS et découvrez ce titre inoubliable sans plus tarder !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *