Comment jouer à Mario Kart 8 Deluxe comme un pro ?

Mario Kart 8 Deluxe est incontestablement un des plus gros succès de la Switch et forcément, un des jeux les plus joués aux DSIP. Mais, sans se vanter, on ne vous le cache pas, le niveau y est tout de même assez élevé (comme sur de nombreux autres jeux d’ailleurs). Alors si vous aussi, vous souhaitez vous frotter à nos meilleurs pilotes, épater vos amis en soirée ou simplement ridiculiser le fils de votre patron un peu trop vantard (true story), ces quelques petits conseils ne seront pas de trop. En piste !

1 – Choisir son personnage et véhicule.

Un grand prix réussi commence dès l’écran de sélection de personnages. En effet, ceux-ci sont au nombre de 42 répartis dans 16 catégories de poids, ce qui implique des performances différentes. Les plus légers ont moins de vitesse mais une excellente accélération et tournent mieux tandis que les plus lourds sont moins maniables, ont une accélération lente mais vont généralement plus vite. Cependant le vrai casse-tête commence lors de la composition de son kart et le choix des roues.

Saviez-vous qu’en appuyant sur +/- sur cet écran, vous pouvez afficher les statistiques de votre composition actuelle ? Laissez-moi faire un topo.

Appuyez sur +/- pour afficher les statistique de votre composition
(et désactiver cette foutue antenne !)
  • Vitesse : c’est la vitesse maximale que peut atteindre votre véhicule en ligne droite. Les personnages lourds ont une meilleure vitesse.
  • Accélération : c’est le temps que met votre véhicule pour atteindre cette vitesse maximale. Les personnages légers ont une meilleure accélération.
  • Poids : ça se passe d’explication. Néanmoins, ce n’est pas négligeable en cas de bousculade.
  • Maniabilité : la capacité du véhicule à tourner. Un véhicule avec une bonne maniabilité prend plus facilement les virages serrés et est plus réactif. Les personnages légers ont une meilleure maniabilité.
  • Adhérence : sur certains terrains (sable, glace, route mouillée…), cette statistique indique la stabilité du véhicule. Avec une bonne adhérence, le véhicule glissera moins en cas de coups de volant.

MAIS, ça serait trop facile si ça en restait là ! En effet, il existe des statistiques cachées, entièrement occultées aux yeux des joueurs. Il n’y a aucun moyen de les afficher dans le jeu. Néanmoins, si vous consultez Mario Kart Builder, vous pourrez les voir. Ces stats sont :

  • Vitesse eau/air/anti-gravité : car le jeu ne vous indique QUE la vitesse au sol. Mais certains circuits ont de larges sections en vol plané, sous l’eau ou en anti-gravité et la vitesse peut évoluer.
  • Maniabilité eau/air/anti-gravité : tout comme la vitesse, la maniabilité est différente dans ces sections mais le jeu n’indique que la maniabilité au sol. Là aussi, le site peut vous en dire davantage.
  • Mini-turbo : avec un meilleur mini-turbo, votre véhicule chargera les mini-turbo en dérapage plus rapidement et ils dureront plus longtemps.

Retenez bien cette dernière car en vérité, bien qu’elle soit cachée, le mini-turbo est la statistique la plus importante du jeu ! En effet, les circuits de Mario Kart 8 Deluxe sont très tortueux et comportent énormément plus de virages et donc de dérapages que de ligne droite. Charger ses turbos plus vite et les rendre plus efficaces est un atout considérable, bien plus que la vitesse maximale qu’on atteint assez rarement en fin de compte !

A gauche, un exemple de bonne combinaison
A droite, un exemple de très mauvaise combinaison
(source : Kotaku)

Tous les pro utilisent les véhicules ayant un excellent mini-turbo tels que Scootinette, Paracoccinelly, Autorhino, Kart Rétro, etc. et surtout, équipez-le de roues Roller qui sont sans conteste, les meilleures roues. Toutefois, pour garder un certain équilibre et éviter de trop réduire la vitesse, il est conseillé de sélectionner un personnage lourd ou mi-lourd afin d’allier les meilleurs performances vitesse/turbo. Pour le reste, tachez de conserver des statistiques relativement moyennes. Quant au deltaplane, il influe tellement peu que vous pouvez prendre celui que vous voulez.

2 – Connaitre les circuits par cœur.

Bien. Maintenant, parlons des circuits. Il y en a 48 en tout, il y a de quoi faire. Je ne vais toutefois pas tous les détailler ici ou ce dossier sera interminable. Connaitre les circuits est LA base de tous jeux de course et Mario Kart ne déroge pas à la règle. Prendre les virages le plus à l’intérieur possible vous fera évidemment gagner plus de temps que rester au milieu de la piste.

Également, en dérapant, vous chargerez un turbo plus ou moins puissant avec le temps. Dans MK8D, Il y a trois niveaux de charge : mini-turbo (MT), super mini-turbo (SMT) et ultra mini-turbo (UMT). Que ce soit en 150cc ou 200cc, il faut tout apprendre, connaitre les meilleures trajectoires, savoir quand déraper, jusqu’où déraper, quel niveau de turbo atteindre et quel chemin prendre en cas de bifurcation. Mais ce que vous devez retenir avant tout, ce sont les raccourcis.

Déraper, c’est la clé mais ne soyez pas trop gourmand.
Mieux vaut exécuter un SMT propre qu’un UMT et partir dans le décor.

Pratiquement, tous les circuits comportent des raccourcis. Il en existe de deux types : ceux qui nécessitent des champignons afin de couper à travers le hors piste sans perdre de vitesse et ceux que vous pouvez prendre n’importe quand. Pour parfaire votre connaissance des circuits, il n’y a pas de secret, il faut longtemps pratiquer, notamment en contre-la-montre où vous serez moins gêné par les objets et de plus, vous aurez des champignons à disposition pour tester.

N’hésitez pas non plus à télécharger les fantômes des meilleurs pilotes mondiaux et à les observer. Vous découvrirez ainsi les trajectoires idéales sur tous les circuits. Puis, entraînez-vous à emprunter plusieurs fois les raccourcis les plus « tricky » (par exemple ceux de Voie Céleste, Piste Musicale, Station Glagla ou Big Blue) afin d’acquérir le bon timing et les réflexes musculaires qui vont avec. Au fil des essais, vous verrez, vous les raterez de moins en moins souvent.

Avec de la pratique, aucun raccourci n’est impossible à prendre.

3 – Bien gérer les objets.

Les objets, c’est le sel de Mario Kart. Dans ce volet, vous pouvez en accumuler deux. Bien les gérer est la clé du succès. Mais avant toute chose, il faut les obtenir. Quand vous approchez une ligne de cadeau, anticipez les mouvements des pilotes devant vous pour éviter de vous retrouver marron. Les double-boites à bonus sont évidemment plus prisées que les simple. Si vous collez l’arrière-train d’un adversaire, vous pouvez être sur qu’il visera la double-boite. Dans ce cas, décalez-vous. Mieux vaut n’avoir qu’un objet que pas du tout.

Si vous êtes en tête de course, votre priorité, c’est la défense. Si vous avez zéro objet en main, visez les double boites, quitte à légèrement dévier de la trajectoire idéale, pour obtenir à coup sur une banane ou une carapace pour vous protéger. Si par malheur, vous obtenez des pièces en premier objet, vous laissant ainsi sans défense, conservez-les. Saviez-vous que vous ne pourrez jamais obtenir des pièces en deuxième objet si vous avez déjà des pièces en premier objet ? Également, conserver des pièces en premier objet vous permet éventuellement d’esquiver le Boo d’un adversaire qui voudra vous les voler. Imaginez la tête qu’il va faire…

Conservez vos pièces en premier objet. Non seulement, vous aurez un meilleur objet en deuxième mais vous feinterez aussi les Boo.

Utiliser intelligemment ses objets, c’est aussi utiliser ses champignons à bon escient pour couper à travers l’herbe plutôt qu’en ligne droite. Un bon nombre de circuits possède un raccourci à prendre avec un ou plusieurs champignons situé juste avant la ligne d’arrivée qui vous permettra de gratter quelques places au dernier tour dans le feutré ! Ils sont également utiles pour repartir à pleine vitesse en cas de pépin. Évitez donc d’utiliser un champignon avant de vous faire dégommer par une carapace rouge. Mieux vaut l’utiliser après.

D’ailleurs, sachez qu’il est tout à fait possible d’esquiver une carapace bleue avec un champignon. Utilisez-le juste avant que la bleue explose pour vous en sortir sans bobo. Le timing est ultra serré, vous avez 8 frames précisément pour ce faire. Mais si vous y parvenez, vous pourrez en être fier ! Au pire, jetez-vous volontairement dans le vide ou dans l’eau. Vous perdrez moins de temps à vous faire repêcher.

Dernier conseil : ne négligez pas les pièces ! Elles augmentent sensiblement la vitesse de pointe de votre kart. Si vous manquez de pièces, ça peut valoir le coup de sortir légèrement de la trajectoire idéale pour en grappiller.

4 – Jouer salement et anticiper les crasses de vos adversaires.

Retenez une chose. La fourberie paie toujours. On n’est pas là pour faire de bons sentiment. Mario Kart, c’est la guerre. Il faudra être sale, très sale pour l’emporter. Il n’y a pas d’objets inutiles (à part les pièces) si on sait bien les utiliser.

Si vous ne savez pas quoi faire d’une carapace verte, tentez au moins de ne pas la balancer dans le vide. Si vous menez la course, un lancer en arrière peut parfois faire mouche. N’hésitez pas à régulièrement jeter des coups d’œil derrière vous avec X. Idem, si vous suivez un adversaire avec une peau de banane. Vous pouvez la jeter un avant en penchant le stick vers l’avant. Avec un peu de pratique, vous réaliserez de jolis « snipe ». Vous menez la course et obtenez une Bob-omb ? Bingo ! Placez-ça dans un endroit bien étroit et impossible à éviter. Gardez cependant à l’esprit que vos adversaires tenteront d’en faire de même. S’il est tentant de choper l’aspiration en le collant au train, vérifiez qu’il ne détienne pas un objet qu’il pourrait vous balancer en pleine poire. Quand vous jouez en écran partagé, rien n’interdit de jeter un coup d’œil sur l’écran de vos adversaires pour voir ce qu’ils préparent…

Jetez un coup d’œil de temps en temps en arrière pour attaquer par surprise !

Vous pouvez éviter une carapace bleue avec un klaxon ou, comme préciser plus haut, un champignon. Mais il existe un moyen plus simple d’éviter les carapaces bleues : ne plus être le joueur en tête ! Laissez la mini-carte affichée en permanence (faites pause puis – si ce n’est pas le cas). Non seulement, elle vous renseignera sur votre avance mais surtout, elle vous indiquera si une carapace bleue est en route. Si un adversaire distrait vous colle aux basques, c’est le moment de lui céder la place… du moins, temporairement ! Mais faites ça discrètement (par exemple, en faisant style de rater un virage) ou il se doutera d’un truc. Évitez aussi de vous y prendre trop tard ou vous serez quand même pris pour cible même si vous n’êtes plus premier.

Enfin, la technique fourbe ultime est le « bag ». Certains circuits donnent, en effet, un avantage énorme aux pilotes à l’arrière grâce aux meilleurs objets qu’ils obtiennent. Faire volontairement un départ raté afin d’emmagasiner des objets très puissants et espérer ainsi remonter tout le monde au dernier tour est une technique, certes risquée, mais parfois payante. Essayez donc sur Pays Fromage pour commencer…

5 – Avoir du bol.

Oui, c’est un conseil très sérieux. Parce que Mario Kart sera toujours Mario Kart. Des fois, vous serez béni des dieux et d’autres fois, il sera inutile de lutter contre son destin. C’est comme ça, quoique vous fassiez. Une carapace bleue ou un éclair au meilleur ou pire moment est si vite arrivé. C’est pour ça qu’on aime ou déteste ce jeu. Quoiqu’il arrive, l’essentiel est de s’amuser !

Maintenant que vous avez toutes les clés pour briller, c’est à vous de jouer. Que la RNG soit avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *