[Test] Yoshi’s Crafted World

Après les aventures de Yoshi en laine dans Yoshi’s Wooly World sur – hum, c’était quoi son nom déjà ? ah – Wii U puis sur 3DS, voici celles de Yoshi en velours dans un monde composé de bric et de broc sur Switch. Même si le matériau de base a changé, la formule, elle, n’a pas tant changé que ça. Hop, en selle !

Un style qui cartonne.

Décidément, la direction artistique des jeux Yoshi, même si elle reste dans le thème de l’enfance, ne cesse de se renouveler de jeu en jeu. Dans Yoshi’s Crafted World, tous les niveaux sont composés de collages de bouts de cartons découpés ou de matériaux de récupération. Un style charmant et mignon qui ajoute au plaisir d’en fouiller le moindre recoin. Quant à l’histoire, disons qu’elle servira plus de prétexte qu’autre chose. Suite à une tentative ratée de bébé Bowser et Kamek de s’emparer du Soleil des Rêves, capable d’exaucer tous les souhaits, les gemmes qui le composent se retrouvent éparpillées. Vous vous en doutez, les deux affreux vous mettront régulièrement des bâtons dans les roues en confectionnant des boss en chemin, dont certains rappelleront des souvenirs.

Tous à bord du train de la hype !

Si graphiquement, Yoshi’s Crafted World est indéniablement une réussite et ne manque pas de charme, tant les niveaux fourmillent de détails et d’ingéniosité dans le concept, et ce malgré une résolution assez basse qui se ressent par moment, niveau bande-son en revanche, la série nous a habitué à mieux. Certes, le thème principale n’est pas dégueu en soi, néanmoins, c’est quasiment le même thème remixé tout le long du jeu. Mais bon, malgré ça, on a plaisir à découvrir sans cesse de nouveaux univers, de nouveaux mondes et de nouveaux trésors de créativité, d’autant que les thèmes abordés sont, ici, très variés et sortent parfois des sentiers battus.

Vous allez voir du pays !

Note de réalisation :

Yoshi and Chill

On va être direct, le jeu est VRAIMENT facile. On est bien loin de la difficulté parfois trompeuse que pouvait receler certains passages des épisodes précédent. Même ce qui habituellement pouvait coûter la vie à Yoshi (pics, trous, lave…) ne vous coûtera qu’un peu d’énergie et de l’amour propre. Idem pour les boss qui sont tous pas très résistants. Il faudra attendre les niveaux ultimes pour un minimum de challenge… et encore rien de foufou. Mais là n’est pas l’intérêt du jeu. Dans Crafted World, l’accent est clairement mis sur l’exploration, plus que l’habituel parcours d’obstacles. Ici, il faudra prendre votre temps, beaucoup de temps, même. Les niveaux habilement craftés par les développeurs regorgent de recoins, de cachettes où peuvent être planqués les traditionnelles fleurs et pièces rouges nécessaires à la complétion, y compris au fond du décor. En effet, Yoshi y évolue de gauche à droite comme tout jeu de plate-formes mais pourra aussi de temps à autres aller vers le fond ou le devant du décor mais toujours en suivant un chemin.

Chaque niveau a un côté pile et un côté face.

Autrement, le gameplay ne change pas des masses. Yoshi peut toujours exécuter son iconique flutter jump pour rallonger ses sauts indéfiniment et attraper ses ennemis avec sa langue pour les changer en projectile. Le gros changement vient de la façon de lancer ses œufs. Fini le curseur qui bouge tout seul, la visée est désormais pleinement manuelle et il suffira de pointer sur un élément du décor au fond pour le toucher. La visée est du coup, bien plus simple et intuitive qu’auparavant, sauf évidemment quand Yoshi bouge, il est nettement moins aisé de viser juste.

Les niveaux sont parfois ponctués de défi chronométrés.
Mais si vous foirez, vous êtes bon pour recommencer si vous visez le 100%.

Petit bonus, vous pourrez partager votre aventure avec un comparse. Malheureusement, le mode à deux joueurs est extrêmement mal pensé. Par exemple, le fait de gober votre partenaire lui fera perdre toutes ses munitions et lui sauter dessus vous fera vous asseoir sur sa selle automatiquement. C’est amusant deux secondes mais au final, les deux joueurs se gênent plus qu’ils ne s’aident. Egalement, bien que le jeu de base soit déjà relativement facile, il est possible de le rendre ENCORE plus facile en vous équipant d’un costume ou en activant le mode relax permettant de voler. Vraiment n’importe qui est capable de finir ce jeu les yeux fermés. On a même vu un type finir un niveau en posant deux cailloux sur sa manette…

Note de gameplay :

Trouvera, trouvera pas.

Si finir le jeu d’une traite est possible les mains dans le dos en quelques heures, le finir à 100% en récoltant toutes les fleurs et pièces rouges en chemin est un autre délire d’autant que certaines sont vraiment bien planquées. Passé le plaisir de la découverte, et même si vous aviez tout récupéré lors de votre première visite, le jeu vous demandera de retraverser plusieurs fois chaque niveau, en avant mais aussi en arrière afin de trouver les trois Tipoochy cachés mais aussi les innombrables trouvailles réclamées par les PNJ. Ces trouvailles sont des éléments du décor qu’il faut dégommer à coup d’œufs. Seulement, les objectifs vous seront distillés au compte-goutte, vous obligeant à recommencer plusieurs fois. Rassurez-vous, vous aurez amplement assez de fleurs pour atteindre le boss de fin sans vous coltiner ceci mais les complétionistes, eux, risqueront de trouver le temps long et la ficelle pour rallonger artificiellement la durée de vie, un peu grosse. Et je n’ai pas parlé du farm ahurissant de pièces jaunes nécessaires afin de débloquer tous les costumes du jeu…

Il est nécessaire de recommencer chaque niveau
un nombre incalculable de fois pour finir le jeu à 100%.
En aurez-vous l’envie ?

En résumé, l’aventure principale comporte plus d’une quarantaine de niveaux, très brillants et tous originaux, dont certains sont des défis de pur scoring, toutefois, les bonus post-game, s’ils ont le mérite d’être là, ne sont pas folichons une fois celle-ci terminée. Il ne vous restera alors plus qu’à vous arracher les cheveux pour trouver l’unique pièce rouge que vous auriez manqué dans certains niveaux… si vous avez la foi.

Note de contenu :

VERDICT

Avec son style et sa créativé débordante, Yoshi’s Crafted World saura vous émerveiller et surtout, vous détendre. Toutefois, il risque de faire partie de ces jeux sans grande ambition, vite finis, vite oubliés. Et ce ne sont pas ces innombrables quêtes annexes pour le finir à 100% qui vont vous motiver à aller au-delà du plaisir de la découverte. En bref, ça reste un bon petit jeu sympathique mais n’espérez pas beaucoup plus.

NOTE GLOBALE :

Bon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *