[Test] Coffee Crisis

Je suis de retour, pour tester un beat them all cette fois-ci, intitulé Coffee Crisis !

Coffee Crisis est un jeu sorti d’abord sur Megadrive en 2017 puis 1 an après sur les autres supports. Oui, vous avez bien lu : sur la Megadrive en 2017, merci Kickstarter.
Ou non merci d’ailleurs, je vais essayer d’en juger sur la base de ce mix de musique métal, d’aliens, de café et de n’importe quoi !


Me parle pas avant mon café du matin

Il était une fois des aliens venus sur terre pour nous voler notre Wi-Fi, nos vidéos de chats mignons, notre musique métal et notre café.
Logique, non ?
Nos deux héros baristas, Nick et Ashley, vont essayer de contrecarrer la menace après l’invasion de leur café.

What ze ?

Outre le côté décalé plutôt sympa du titre, ce qui frappe en 1er lieu est son style résolument rétro : de la bonne vieille 2D bien pixellisée de l’ère 16-bits.

C’est une formule qui fonctionne et le jeu s’en retrouve visuellement agréable… à l’exception de certains choix de couleur, tantôt trop sombres, tantôt trop flashys, ça fait penser à un vieux film des années 80 mais ça a un peu plus de mal à passer aujourd’hui.

Pareil pour la BO qui n’a rien d’entraînante à mon humble avis, dommage, ça aurait pu renforcer son cachet Metaaaaaal.

Note de réalisation :


TA-PER !!!

Pour faire un bon beat them all, il faut varier les situations et la palette de coups du personnage, sous peine de s’ennuyer après le premier niveau.

Et disons-le d’emblée, c’est là que le bât blesse. Comparativement à d’autres titres du genre phares des années 90 (la trilogie Streets of Rage pour ne citer qu’eux), Coffee Crisis fait pâle figure : nos personnages ont peu de coups disponibles et les boss ne sont pas vraiment marquants, à tel point que j’ai franchement du mal à m’en souvenir même quelques heures après.

De plus, les ennemis standards tournent en rond, on a l’impression de toujours retrouver les 2 mêmes aliens moches ainsi que le couple de nonagénaires qui arrivent par vagues assez nombreuses, parfois même à l’infini, ce qui finalement nous oblige presque à bourriner les boutons afin de se sortir de situations souvent tendues.

Taper dans les vieux, y’a que ça de vrai.

Car oui, le jeu n’est pas facile du tout, même à 2 joueurs (au passage, que 2 perso disponibles, un peu triste) et vous pourriez très bien vous décourager avant même d’atteindre le 3ème niveau.

D’ailleurs avec une quinzaine de niveaux, le jeu est mieux fourni que les classiques du genre. Encore faut-il s’accrocher et prévoir un bout de papier car il n’y a pas de sauvegarde dans ce jeu !
On utilise des codes comme à la bonne vieille époque. Abusez donc de la fonction capture d’écran de la Switch.

Serait-ce des aliens déguisés ?

Notons aussi que le jeu implémente un système de “modifieurs”. Cela nous est vendu comme une manière d’avoir des parties différentes à chaque fois. Ces modifications sont aléatoires et peuvent être positives ou la plupart du temps négatives. Et à l’occasion vous rajouter des effets de caméra qui s’activent en pleine partie et rendent le jeu illisible.

Que dire de plus pour finir ? Nous avons un mini-jeu entre les niveaux où le but est d’appuyer sur une touche le plus vite possible pour boire un maximum de cafés, permettant d’obtenir une vie. Bourrinage quand tu nous tiens.

Note de gameplay & Note de contenu :

Coffeeholic

VERDICT

Coffee Crisis a réussi à être moins bon qu’un beat them all des années 90.
À moins d’être métalleux caféinomane, on ne peut pas pardonner cela alors que les concurrents de qualité sont présents sur Switch. Cuphead vient d’ailleurs de sortir, et Streets of Rage 4 arrivera peut-être avec de la chance..

NOTE GLOBALE :

Médiocre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *